lundi 2 janvier 2017

Des astronomes d'Hawaï dévoilent la plus grande image du ciel

Un observatoire américain a photographié des milliards d'étoiles et de galaxies, réalisant la plus importante cartographie du ciel à ce jour.

Un demi-million d'images, prises durant 4 ans avec chacune un temps d'exposition de 45 secondes. Le résultat est "une carte de la sphère céleste, comme une carte de la Terre, excepté son quartier sud", détaille un communiqué de l'Université d'Hawaï. C'est la plus grande photo du ciel jamais réalisée : si elle était imprimée en haute résolution, explique le communiqué, "elle mesurerait près de 2,5 kilomètres de long, et vous devriez vous approcher et plisser les yeux pour voir les détails".

Cette "carte" du ciel a été réalisée dans le cadre du projet Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope And Rapid Response System) de l'université d'Hawaï. L'objectif original était de réaliser une surveillance systématique de l'ensemble du ciel visible depuis Hawaï, à la recherche de phénomènes transitoires, qui permettent de découvrir des événements très variés, comme des explosions d'étoiles ou des astéroïdes dans notre propre système solaire.

Le programme Pan-STARRS "autorise chacun à avoir accès aux millions d'images et à utiliser la base de données et les catalogues contenant les mesures précises de milliards d'étoiles et de galaxies", a expliqué le Dr Ken Chambers, directeur du projet. "Nous supposons que les scientifiques - ainsi que les étudiants et même des utilisateurs lambdas - autour du monde pourront faire de nombreuses découvertes sur l'univers".

La gigantesque collection représente pas moins de 2 petaoctets de données à explorer, l'équivalent d'«un milliard de selfies, ou cent fois le contenu total de Wikipédia», précise le communiqué. L'ensemble repose au sein des archives Mikulski de la Nasa (du nom de Barbara Mikulski, ancienne sénatrice du Maryland qui a défendu la science et la recherche tout au long de sa carrière politique).
Sur cette image, reconstitué avec les clichés pris depuis le sommet du volcan Halealakala sur l'île de Maui, "le disque de la Voie Lactée ressemble à un arc jaune, et les poussières interstellaires se montrent comme des filaments bruns-rouges", expliquent les astronomes. "Le fond est composé de milliards d'étoiles et de galaxies".

Comètes, anneaux, débris spatiaux : quelques nouvelles de l'espace

Les dangers liés aux comètes, les anneaux et lunes de Saturne, une solution au problème des débris spatiaux en orbite. L'exploration de l'espace se poursuit à un rythme effréné. Voici quelques nouveautés dans le domaine de l'astrophysique.

Un parachute spatial

La NASA a envoyé sur la station spatiale un parachute remplaçant les fusées de manoeuvre pour la sortie d'orbite, afin de le tester. Le défi est de diriger le parachute malgré la faible pression atmosphérique en orbite. Exo Brake, qui servirait pour des nanosatellites, a été testé en haute atmosphère depuis 2012 avec des ballons et des fusées, et une fois en 2013 à partir de la station spatiale, un essai qui avait mis au jour des problèmes avec le système de guidage.

Destruction de planète

Une équipe internationale d'astrophysiciens a détecté pour la première fois les restes d'une exoplanète probablement détruite par la gravité de son étoile. HIP68468 est un astre autour duquel tournent au moins une « super-Terre » très rapprochée, dont l'orbite est de trois jours, et une géante gazeuse plus éloignée. Les traces de l'exoplanète phagocytée par « l'étoile de la mort », probablement une super-Terre encore plus rapprochée, incluent une concentration anormale de lithium, élément qui normalement ne devrait plus être présent dans HIP68468 vu son âge de six milliards d'années. L'étoile de la mort est située à 300 années-lumière de la Terre.

Un harpon en orbite

L'Agence d'exploration aérospatiale japonaise (JAXA) testera cet hiver, depuis la station spatiale, une nouvelle technologie anti-débris spatiaux. Kite enverra un harpon au bout d'un fil se fixer à un gros débris spatial ou à un satellite en fin de vie. Kite enverra un courant dans le fil, ce qui le fera interagir avec le plasma électromagnétique entourant la Terre et propulsera ainsi Kite et sa cible vers le plancher des vaches. Plus de 500 000 débris sont surveillés par la NASA, dont 21 000 qui font plus de 10 cm, qui ont peut-être été responsables de la perte du satellite scientifique nippon Hitomi en mars dernier. La JAXA veut faire en 2020 un deuxième test de Kite avec un fil de 10 km - celui qui vient d'arriver en orbite ne fait que 700 m.

Lune et anneaux

Mimma, l'une des 62 lunes de Saturne, est si proche de ses anneaux qu'elle les déforme avec sa gravité. Cette annonce de la NASA, à la mi-décembre, découle de la dernière phase de la mission de la sonde Cassini, lancée en 1997. Cassini s'est approchée cet automne des anneaux de Saturne et une photographie qu'elle a prise de Mimma, la plus proche de la planète, laissait à tort croire qu'elle allait foncer sur les anneaux. Cassini va plonger dans Saturne en septembre prochain. À partir d'avril, elle va passer entre les anneaux et la planète, autour de laquelle elle est en orbite depuis 2004.

Tempête de sable martienne

Des astrophysiciens américains sont en passe d'identifier les régions de Mars les plus touchées par les tempêtes de sable. Cet automne, ils révélaient qu'elles étaient plus fréquentes à l'été et à l'automne et que les hémisphères septentrional et austral de la planète rouge sont touchés par des types différents de tempêtes. Ces tempêtes ne posent pas de risque pour l'intégrité physique des missions robotisées ou humaines, contrairement à ce que suggérait le film The Martian, sorti en 2015, mais comme elles limitent l'apport en énergie solaire, elles peuvent les mettre en péril.

Attention, comètes

Au dernier congrès de l'Union géophysique américaine, un chercheur de la NASA a sonné l'alarme sur les périls que font courir les comètes à la Terre. Joseph Nuth, chercheur du centre de recherche Goddard de la NASA, a consacré une conférence de presse à la difficulté de prédire quand une comète frapperait notre planète, à cause de la vitesse deux à trois fois plus grande que celle des astéroïdes et de leurs orbites très excentriques - certaines comètes mettent des dizaines de milliers d'années à faire le tour du Soleil et sont donc inconnues des scientifiques. De plus, les comètes sont de taille supérieure. En 2014, une comète détectée seulement en 2013 a frôlé Mars. M. Nuth propose de construire un impacteur capable de dévier une comète et de le stocker en cas d'urgence.