Une avalanche de rayons cosmiques et une vie extraterrestre apparaît


Des astrophysiciens affirment qu’il pourrait exister dans notre Univers des planètes, susceptibles d’abriter de la vie organique, sur lesquelles des rayons cosmiques très puissants tiendraient lieu de soleil.

Il y a dans notre Univers des objets flottants — planémos — dont la masse égale celle d'une planète et qui ne s'attachent gravitationnellement à aucune étoile ou naine brune. Dépourvus de leur propre soleil, certains planémos sont en revanche exposés à des rayons cosmiques très puissants, ce qui pourrait les rendre potentiellement habitables.

Du moins, c'est ce qu'estiment des astrophysiciens américains, qui ont récemment publié les résultats de leur recherche dans la revue Journal of the Royal Society Interface. Cette hypothèse leur a été suggérée par un organisme microscopique, la bactérie Desulforudis audaxviator, capable de survivre en se nourrissant de certains produits dérivés de la désintégration d'éléments radioactifs. La bactérie s'en sert notamment pour désintégrer des molécules d'eau, dont les composants se combinent par la suite avec d'autres molécules et lui procurent ainsi de la nourriture. Aussi, l'astrophysicien Dimitra Atri suppose-t-il que la radiation cosmique pourrait elle aussi, dans certains cas, transférer l'énergie nécessaire pour la désintégration de molécules d'eau et d'autres substances en les transformant ainsi en « blocs nutritifs ». « Cette hypothèse est très plausible, de tels écosystèmes existant sur Terre », souligne l'astrobiologiste de la NASA, Chris McKay.

Bien que les rayons cosmiques endommagent habituellement les molécules d'ADN, la bactérie Desulforudis audaxviator a su s'y adapter et parvient même à niveler leur impact néfaste, poursuivent les scientifiques. Ainsi, les microorganismes extraterrestres pourraient également survivre dans de telles conditions pour peu qu'ils s'abritent dans les profondeurs d'un corps céleste, sans être exposés directement à la radiation.

Certes, de tels microorganismes ont toujours besoin d'eau, de substrats nutritifs et éventuellement d'une source de chaleur, expliquent les astrobiologistes. Selon M. McKay, les microorganismes posséderaient un métabolisme très lent et ne pourraient pas évoluer dans des formes de vie plus complexes. Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Articles les plus consultés