Les impacts de météorites sur la fenêtre de la station spatiale, faisant presque d'abandonner le navire, mai 2016


La Cupola de construction européenne a été ajouté à la Station spatiale internationale en 2010 et continue de fournir la meilleure chambre avec vue partout.

En plus de servir comme une observation, la zone de travail lorsque l'équipage fait fonctionner les bras robotiques de la Station, il offre également d'excellentes vues de la Terre, les objets célestes et des véhicules en visite.

Ses condensé silice et borosilicate-fenêtres en verre, cependant, souffrent parfois des impacts par de minuscules objets artificiels : les débris spatiaux.

Astronaute de l'ESA Tim Peake a pris cette photo de l'intérieur de Cupola, le mois dernier, montrant une puce circulaire 7 mm de diamètre creusé par l'impact d'un petit morceau de débris spatial, éventuellement un flocon de peinture ou d'un fragment de métal petit pas plus grand que quelques millièmes de millimètre. L'arrière-plan montre juste le noir d'encre de l'espace.

“Je me demande souvent si la Station spatiale internationale est touchée par les débris spatiaux. Oui - c'est la puce dans l'un de nos fenêtres de Cupola, heureux il est quadruple vitrage“, dit Tim.

Pour répondre à de telles possibilités, la station est munie d'un blindage étendu autour de tous les domaines de l'équipage et techniques essentielles, de sorte que les grèves mineures, comme celui-ci, ne représentent aucune menace.

Alors une puce comme celle montrée ici peut être mineure de plus gros débris seraient une menace sérieuse. Un objet jusqu'à 1 cm de taille pourrait désactiver un instrument ou un système de vol critique sur un satellite. Tout ce qui dépasse, avec 1 cm pouvait pénétrer les boucliers des modules de l'équipage de la Station, tout de plus de 10 cm pourrait briser un satellite ou un engin spatial en morceaux.

"L'ESA est à l'avant-garde du développement et de la mise en œuvre des lignes directrices de débris d'atténuation, parce que la meilleure façon d'éviter les problèmes de débris orbitaux est de ne pas les provoquer en premier lieu“, dit Holger Krag, Chef du Bureau des débris spatiaux de l'ESA.

"Ces lignes directrices sont appliquées à toutes les nouvelles missions effectuées par l'ESA, et comprennent le dumping des réservoirs de carburant, de décharge des batteries à la fin d'une mission, pour éviter les explosions, et veiller à ce que les satellites rentrent dans l'atmosphère et en toute sécurité brûlent dans les 25 ans suivant la fin de leur vie professionnelle."
 

Articles les plus consultés